Les Britanniques craquent pour l’immobilier français


Bookmark and Share Diminuer la taille Agrandir la taille Envoyer à un ami Imprimer

CatégorieL'actualité de l'immobilier

ChapitreL'actualité nationale


Les Britanniques propriétaires d’une maison en France sont nombreux

L’immobilier français continue de séduire les Britanniques

Une étude des Notaires de France montre que les Britanniques restent majoritaires parmi les acheteurs étrangers qui s’offrent un pied-à-terre en France. Entre 2006 et 2016, près d’une transaction sur trois a en effet été signée avec un acquéreur domicilié outre-Manche.

 

Les Britanniques sont les acquéreurs étrangers les plus présents sur le marché immobilier français

Selon une étude publiée le 19 décembre 2017 par les notaires, portant sur les achats de maisons et d’appartements anciens effectués par les particuliers, l’immobilier français a le vent en poupe auprès des étrangers et notamment des Britanniques. Loin devant les Italiens (14%) et les Belges (12%), les Britanniques ont représenté à eux seuls près de 32% des ventes à des étrangers non-résidents. Britanniques, Italiens et Belges représentent donc près de 60% des acquéreurs étrangers non-résidents. Suivent ensuite les Suisses (6%), les Néerlandais (5%), les Scandinaves (5%), les Allemands (4%), les Espagnols et Portugais (3%), les Américains (2%) et les Irlandais (2%). Enfin, « d’autres nationalités » sont à l’origine de 10% de ces ventes. Mais si « les Britanniques conservent la première place du classement sur les dix dernières années, ils se distinguent des autres nationalités par une chute brutale pendant la crise », ajoute l'étude.

Il faut préciser que sur la période allant de 2006 à 2016, la part de marché des acquéreurs étrangers était de 6% et celle des étrangers non-résidents de 2,1%.

 

Les acquéreurs étrangers davantage attirés par les départements ruraux

Les acheteurs étrangers non-résidents restent majoritairement attirés par les départements ruraux du Centre-ouest, du Sud-ouest ainsi que par les Alpes et la Côte d’Azur. La Creuse, la Dordogne et la Charente ont été fortement impactés par la crise ces dernières années contrairement aux Alpes-Maritimes qui ont bien résisté. Dans la région Île-de-France, ces acquéreurs représentent moins de 1% excepté à Paris où ils sont plus nombreux, plus de 3%. Cependant, beaucoup d’acquéreurs étrangers à Paris résident également en France.

Dans la capitale, le prix des appartements anciens gagne 7,8% sur un an au troisième trimestre, selon les projections de l’indice notaires-Insee. « Il y a peut-être un peu l'effet Brexit qui va commencer à arriver, avec la crainte de voir ces Français revenir de Londres avec le pouvoir d'achat qu'ils ont », note Thierry Delesalle, notaire à Paris.

 

Achat immobilier en France pour les étrangers : des comportements différents selon les nationalités

Par ailleurs, l’étude souligne que selon les nationalités, les comportements d’achat immobilier divergent fortement. Par exemple, en Provence, sur la Côte d’Azur et en Corse, les Italiens non-résidents investissent surtout dans l’immobilier ancien, sur le marché des petits appartements. En revanche, les Britanniques et les Scandinaves sont principalement présents sur le marché des grandes maisons. Autrement dit, en 2016, les Italiens étaient plus présents sur le marché des biens « les moins chers », à 80% des studios et 2 pièces, précisent les notaires. Les Britanniques et les Scandinaves achetaient des biens « plus chers », respectivement 40% et 30% de maisons anciennes, en majorité de 6 pièces et plus.

 

 

Publié par Sarah Léon


Date de mise à jour : 03/01/2018

L'IMMOBILIER 100% ENTRE PARTICULIERS - Tous droits réservés 2019

Vendez votre bien entre particuliers
Créez une alerte immobilière


Annonces de  Maisons entre particuliers

Annonces d' Appartements entre particuliers

Annonces de  Terrains entre particuliers

Annonces de  Commerces entre particuliers