Immobilier : ce que nous apprend la note de conjoncture des notaires


Bookmark and Share Diminuer la taille Agrandir la taille Envoyer à un ami Imprimer

CatégorieL'actualité de l'immobilier

ChapitreL'actualité nationale


A Nantes, le prix des appartements devrait continuer de progresser selon les notaires de France

La dernière note de conjoncture des Notaires de France vient de sortir. Et comme à chaque publication, ce document indispensable aux professionnels, mais également aux particuliers s’intéressant à l’immobilier permet de faire le point sur les prix des logements en France tout en se projetant dans l’avenir.

 

Les Français toujours attachés à la pierre : record des ventes immobilières en 2018

Confirmant les bons chiffres du marché immobilier en 2018, la nouvelle note de conjoncture des Notaires de France est riche en enseignements. Ainsi, on y apprend qu’en France 970.000 logements ont changé de propriétaires l’année dernière. Ce chiffre des ventes immobilières place donc l’année 2018 sur la première marche du podium alors que 2017 s’était achevé sur 968.000 ventes.

 

Mais la dernière note de conjoncture des notaires permet également de faire le point sur la situation du marché et en particulier sur les effets des mouvements sociaux (en particulier les gilets jaunes) qui secouent le pays. Un effet qui semble plutôt nul puisqu’ils sont encore 77 % de Français à penser qu’être propriétaire de son logement est préférable. Ce pourcentage élevé vient confirmer la position de valeur refuge de l’immobilier auprès des particuliers.

 

Il faut dire que ceux-ci ont bénéficié, en 2018, d’excellentes conditions pour leur emprunt immobilier. Le taux moyen oscillant durant l’année entre 1,44 et 1,49 % (hors assurance et toutes durées confondues)* a presque atteint le record de 2016 à 1,35 %. Et durant cette année, les établissements bancaires ont également assoupli les critères d’obtention (prêts sans apport personnel, allongement des durées).

* Chiffres Observatoire Crédit Logement/CSA

 

Des prix de l’immobilier toujours très contrastés en France

Sur le terrain, le marché immobilier version 2018 c’est un prix moyen des logements anciens en hausse de +3,2 %. Mais ce chiffre cache une réalité bien contrastée puisque l’augmentation se concentre essentiellement dans la région Île-de-France et dans certaines grandes métropoles françaises telles que Lyon, Bordeaux, Lille Rennes ou Nantes. Ainsi, les Notaires de France qui ont relevé une hausse du prix des appartements dans 45 % des départements ont également noté une stabilisation dans 15 % de ceux-ci et une baisse dans 40 % d’entre eux.

 

Et la tendance devrait se confirmer. Se basant sur les avant-contrats, les notaires prévoient une hausse de +3 % en rythme annuel (mai 2019) avec une hausse plus importante (entre +5 et +10 % par an) du prix des appartements à Bordeaux, Toulouse, Rennes, Nantes et en Île-de-France. Les acquéreurs de maisons devraient eux aussi voir les prix de ce genre de biens augmenter dans les agglomérations, mise à part Toulouse où ils se stabiliseraient.

 

En revanche, dans certaines villes, les prix des appartements anciens vont continuer à baisser. C’est le cas à Nancy, Orléans et Grenoble (respectivement à -7,33 % ; -4,7 % et -5,0 % en 2018). Alors qu’à Limoges, Brest et Toulon ce sont les maisons qui ont perdu de la valeur avec une baisse de -2,9 % à Brest. Pour les notaires, ces chiffres viennent confirmer que la santé du marché immobilier est fortement corrélée à la santé économique : dans les villes en difficultés le marché devrait encore connaitre des difficultés à moins que le plan action cœur de ville, opération de revitalisation des territoires du gouvernement ne tienne ses promesses.

 

En 2019, les biens immobiliers prendront encore de la valeur

La hausse des prix (qui devraient toutefois être moins forte qu’en 2018 selon les Notaires) ne devrait pas trop impacter l’activité du marché. Les Français bénéficieront encore de conditions attractives pour leur emprunt puisque la BCE (Banque Centrale européenne) maintient son taux directeur à 0 jusqu’à la fin de l’année 2019. Les notaires prévoient une baisse des ventes celles-ci devant se stabiliser entre 930.000 et 950.000 sur l’année et sur tout le territoire français.

 

Sur 3 mois, entre décembre et février, les Notaires d’Île-de-France ont enregistré 41.410 ventes de logements anciens. Soit une augmentation de +4 % par rapport à la même période, une année auparavant. Un chiffre des ventes qui est supérieur de 19 % par rapport à la moyenne annuelle sur les 10 années qui viennent de s’écouler.

 

C’est en grande couronne que les ventes augmentent le plus : +8 % pour les maisons et +15 % pour les appartements. Il faut dire que l’offre y est plus importante et les prix moins élevés qu’en petite couronne et surtout à Paris qui voit, quant à elle, les ventes reculer de -4 %. Rappelons que dans la capitale, les prix atteignent près de 10.000 €/m² avec une prévision à 9.920 €/m² en juin 2019 (contre 9.670 €/m² après une hausse de +6,4 % sur un an).

 

En petite couronne, les Notaires ont confirmé l’accélération de la hausse des prix : +4,4 % de hausse pour les appartements à fin février avec 4 730 €/m² et une hausse qui passerait à + 5,3 % en juin 2019. Côté maisons, ils prévoient une augmentation des prix de +5 % (contre +5,9 %). En moyenne, les maisons s’échangent en moyenne à 372.000 € en petite couronne et 284.000 € en grande couronne. Dans ce dernier secteur, les prix des appartements s’élèvent en moyenne à 2.970 €/m² avec une hausse de +0,4 % en un an (fin février 2019) et prévue à +1,2 % en juin.

 

Publié par l’équipe éditoriale de L’immobilier 100% entre Particuliers


Date de mise à jour : 08/05/2019

L'IMMOBILIER 100% ENTRE PARTICULIERS - Tous droits réservés 2019

Vendez votre bien entre particuliers
Créez une alerte immobilière


Annonces de  Maisons entre particuliers

Annonces d' Appartements entre particuliers

Annonces de  Terrains entre particuliers

Annonces de  Commerces entre particuliers