Où acheter dans le Grand Est ?


Bookmark and Share Diminuer la taille Agrandir la taille Envoyer à un ami Imprimer

CatégorieL'actualité de l'immobilier

ChapitreL'immobilier des régions et départements


A Colmar, les logements situés dans le centre historique sont prisés des acheteurs

Ici comme ailleurs, le marché immobilier a connu une année 2017 très ensoleillée, mais dans le Grand Est, les prix des logements sont encore raisonnables. Vous rêvez d’acheter ? Suivez notre tour du marché immobilier dans la région Grand Est.

 

Le marché immobilier s’emballe à Strasbourg

Dans la capitale alsacienne, chef-lieu de la région Grand Est, le marché immobilier s’est réveillé il y a deux ans déjà. Depuis, les ventes ne cessent d’augmenter avec une moyenne de 5 % de plus en transactions et en prix. Et à Strasbourg, les acheteurs se décident maintenant très rapidement, mais sans vouloir dépenser trop par rapport aux prix du marché. Pour un bien immobilier situé dans l’hyper-centre, le prix du mètre carré débute à 3.000 €/m² s’il nécessite des travaux et 5.000 €/m² pour un intérieur en très bon état et de qualité.

Les biens de standing et neufs (année 2000) des quartiers les plus recherchés tels que l’Orangerie, le XV ou les Contades atteignent également les 5.000 €/m² (entre 3.500 et 3.900 € m² pour des biens des années 30). Enfin, dans le quartier de Neudorf, en plein essor, les logements ne restent pas longtemps sur le marché immobilier et vous devrez dépenser en moyenne à 3.000 €/m².

 

Immobilier Haguenau, Mulhouse, Colmar et la zone frontalière : l’Alsace se porte bien

À Haguenau, les vendeurs ont dû attendre un peu que le marché immobilier alsacien se reprenne. Et c’est chose faite depuis le début de l’année 2017 : les ventes ont augmenté de 10 % et les prix de 5 %. Aujourd’hui, pour acquérir un logement familial datant des années 1990-2000, il vous faudra débourser entre 2.000 et 2.300 €/m².

À Mulhouse, ville appréciée pour l’investissement locatif, comptez environ 35.000 € pour un studio d’environ 30 m², destiné aux étudiants et avec une belle rentabilité (parfois plus de 10 %). Les biens anciens du centre sont également plébiscités avec des prix allant de 1.000 à 1.400 € le m².

Colmar, enfin, a vu les transactions immobilières augmenter de 15 % avec une hausse des prix de 3 %. Ici, les biens de qualités (fin XIXe et début du XXe siècle) du centre historique atteignent 1.800 à 2.100€/m². Mais ce sont les logements du quartier sud, neufs et étiquetés basse consommation, qui se vendent le plus cher : entre 2.300 et 2.700 €/m².

Dans la zone des trois frontières (France, Suisse et Allemagne), comme à Saint-Louis le marché immobilier explose. Les biens locatifs, proches des frontières ou de la gare, s’échangent à une moyenne de 50.000 euros pour 20 à 30 m². Dans ce secteur, les ventes ont augmenté de 30 % et les prix de 5 à 10 %. Si vous êtes frontaliers et cherchez une maison, il vous faudra compter plus de 450.000 € pour les quartiers de Neuweg et Bourgfelden et dans les villes très cotées : Blotzheim, Hégenheim et surtout Hésingue.

 

Metz, Nancy, Épinal, Verdun et Bar-le-Duc : le marché immobilier en Lorraine se porte bien

De l’autre côté des montagnes vosgiennes, en Lorraine, le marché immobilier reprend également des couleurs et se tend même dans certains secteurs.

À Metz, si les prix restent stables, les biens immobiliers s’échangent de plus en plus rapidement et le volume des ventes augmente depuis deux ans. Ce sont surtout les appartements qui attirent les acheteurs. Pour un appartement dans l’un des immeubles du XVIIIe situé en centre-ville, comptez de 2.100 à 2.300 €/m².

Dans la capitale du duché de Lorraine, l’immobilier confirme la reprise de 2016. À Nancy, les prix sont toutefois restés stables alors que les transactions augmentaient de 10 %. Pour un bien de charme dans les immeubles du XIXe et du XXe siècle, vous devrez dépenser au minimum 2.700 €/m². Ailleurs, les prix s’affichent entre 2.300 à 3.000 €/m².

Dans la cité des Images, Épinal, les primo-accédants soutiennent la reprise du marché (+20 % de ventes au premier semestre 2017). Les maisons ont la côte parmi ces jeunes couples, avec des prix allant de 800 à 1.900 €/m². Les biens les plus chers se trouvent toutefois dans les rares immeubles des années 2000, où le mètre carré s’échange parfois à un prix allant jusqu’à 1.800 à 2.000 €, et ce en moins de 24 heures !

À Bar-le-Duc, les prix stagnent même si le marché se tend avec une hausse de 15 % des transactions. Les maisons familiales commencent à se faire rares et s’échangent par exemple à 200 000 € les 200 m². Les maisons de ville sont également à la fête : de 300.000 à 400.000 € pour un bien d’environ 300 m². En revanche, les appartements, jugés trop chers avec une moyenne de 1.200 €/m² sont moins demandés depuis deux ans. Pour finir, dans la ville de Verdun, transactions et prix sont restés au même niveau en 2017. Si les appartements anciens se vendent plus vite entre 1.000 et 1.800 €/m², les appartements neufs s’échangent à 3.200 €/m².

 

 

Publié par l’équipe éditoriale de

 
Date de mise à jour : 05/01/2018

L'IMMOBILIER 100% ENTRE PARTICULIERS - Tous droits réservés 2019

Vendez votre bien entre particuliers
Créez une alerte immobilière


Annonces de  Maisons entre particuliers

Annonces d' Appartements entre particuliers

Annonces de  Terrains entre particuliers

Annonces de  Commerces entre particuliers