Prix immobilier sur le Grand Annecy et le Genevois Français


Bookmark and Share Diminuer la taille Agrandir la taille Envoyer à un ami Imprimer

CatégorieL'actualité de l'immobilier

ChapitreL'immobilier des villes


Prix ville Annecy

Les marchés du neuf sont très contrastés sur le Grand Annecy et le Genevois français en raison d’une offre de biens immobiliers limitée qui fait grimper les prix.

 

Retournement du marché immobilier sur le Grand Annecy

Alors que les réservations avaient augmenté de 27 % en 2016, en 2017, elles ont chuté de 25 %. De même, les mises en vente ont reculé de 36 % notamment à cause de l’allongement des délais d’obtention des permis de construire. A cela s’ajoute une baisse de l’offre de logements disponibles de l’ordre de 26 %. En 2017, le délai d’écoulement est ainsi passé de 8,9 mois à 7,7 mois. Cela s’est répercuté sur les prix qui ont augmenté de 8 %. Le prix du mètre carré s’élève en moyenne à 4.792 euros contre 3.972 euros en 2010.

 

Hausse du nombre de réservations sur le marché Genevois français

Dans le Genevois français, le nombre de réservations a augmenté de 11 % en 2017. Les secteurs les plus prisés sont le Chablais (30 % des réservations), le Pays de Gex (28 %), le Sud Genevois (24 %) et Annemasse. Les mises en vente sont en hausse régulière depuis 2014 mais tendent à se stabiliser. Toutefois, l’insuffisance d’offres nouvelles s’est traduite par une baisse de stock de 18 %. La hausse des prix poursuit sa dynamique et s’explique principalement par de faibles taux d’intérêt. Ceux-ci ont attiré les acquéreurs mais aussi les investisseurs qui représentent 40% des réservations contre 31 % sur le Grand Annecy.

Quelles perspectives pour 2018 ?

Un renchérissement des logements vendus aux bailleurs sociaux a été observé : +25 % et + 30 %. Les deux territoires restent malgré tout des marchés d’utilisateurs, notamment sur le Grand Annecy où les investisseurs sont peu nombreux.

La Fédération des promoteurs immobiliers des Alpes se montre optimiste pour 2018 indiquant toutefois que la suppression de l’APL accession et la hausse des prix auront des conséquences sur le pouvoir d’achat des ménages. En effet, les ménages qui achètent un bien immobilier pour la première fois n’ont plus droit à l’Aide personnelle au logement et ceux qui ont ouvert un Plan épargne-logement à partir du 1er janvier 2018 ne peuvent plus bénéficier de la prime d’Etat accordée lorsque le PEL devient un emprunt immobilier. Si les conséquences de la suppression de la prime du PEL seront minimes sur le marché, la suppression de l’APL accession aura des répercussions importantes. 30.000 à 50.000 projets d’accession ne pourront pas se concrétiser, selon le Sénat. Il faut rappeler que l’APL accession est considérée comme l’une des aides les plus efficaces car elle réduit considérablement la mensualité de crédit payée par le souscripteur.

 

 

Publié par


Date de mise à jour : 07/03/2018

L'IMMOBILIER 100% ENTRE PARTICULIERS - Tous droits réservés 2019

Vendez votre bien entre particuliers
Créez une alerte immobilière


Annonces de  Maisons entre particuliers

Annonces d' Appartements entre particuliers

Annonces de  Terrains entre particuliers

Annonces de  Commerces entre particuliers