Financer un projet immobilier après 60 ans ?


Bookmark and Share Diminuer la taille Agrandir la taille Envoyer à un ami Imprimer

CatégorieL'actualité de l'immobilier

ChapitreLa fiscalité immobilière


Les couples âgés rencontrent souvent plus de difficulté à obtenir un prêt pour financer l’achat d’une maison

Emprunter pour un senior est souvent compliqué mais pas impossible. Les seniors en bonne santé peuvent opter pour un crédit immobilier classique associé à une assurance emprunteur alors que les autres peuvent se tourner vers des garanties alternatives comme l’hypothèque ou le nantissement.

 

Financement immobilier : comment ça se passe pour les seniors

Les seniors qui empruntent doivent généralement payer le prix fort pour garantir leur crédit immobilier. En effet, plus l’âge augmente et l’état de santé se dégrade, plus le coût de l’assurance de prêt grimpe en flèche. Heureusement, cette couverture n’est pas obligatoire. Les emprunteurs âgés de plus de 60 ans peuvent l’éviter en apportant au moins 20 % du prix d’achat du bien souhaité.

 

Emprunter après 60 ans : une démarche compliquée ?

Si la demande de prêt immobilier auprès des banques est appréhendée par de nombreux seniors, beaucoup obtiennent pourtant le crédit qu’ils demandent sans souscrire à une assurance emprunteur. En effet, dans ce cas, il est possible d’obtenir un taux avantageux. Contracter un prêt immobilier après l’âge de 60 ans offre plusieurs autres avantages : les seniors ont pu se constituer un patrimoine conséquent, la plupart d’entre eux n’ont également plus d’enfant à charge. Par ailleurs, ces derniers supportent souvent moins de charges financières que les emprunteurs plus jeunes, ce qui leur permet de dégager des revenus conséquents.

 

Crédit immobilier : un apport financier nécessaire

L’espérance de vie qui ne cesse de s’accroître a poussé les établissements bancaires à rallonger la limite d’âge imposée en fin de prêt. Cette dernière est désormais fixée à 85 ans en moyenne. Pascal Funten, président de Senioritis, précise que « la plupart empruntent entre 100.000 et 150.000 euros ». Ainsi, les emprunteurs les plus âgés n’obtiennent généralement un prêt que pour une durée courte de 5 ans maximum. Comme les autres emprunteurs, les seniors doivent justifier d’un apport correspondant environ à 10 % du prêt souscrit. Toutefois, la plupart doivent renoncer à signer un contrat d’assurance de crédit en raison de son coût important. Pour compenser l’absence d’assurance emprunteur, les banques exigent un apport financier plus élevé, d’au moins 20 % du prix d’achat, frais de notaire inclus.

 

Le nantissement : une solution alternative pour financer l’achat d’un bien immobilier quand on est âgé

Les emprunteurs âgés y pensent rarement. Pourtant, le nantissement d’un placement financier comme un contrat d’assurance-vie, un Plan d’Epargne en Actions (PEA) ou un compte-titres, constitue une solution alternative pour décrocher un prêt. L’établissement bancaire préfère généralement le nantissement à d’autres garanties comme l’hypothèque ou le cautionnement car il pourra se rembourser sur cette épargne. Le nantissement offre plusieurs avantages. Il permet d’abord à l’emprunteur de conserver la propriété de ses placements en l’état. Dans ce cas, ce dernier n’a pas besoin de faire de retrait sur son contrat pour financer son investissement immobilier. Enfin, si le rendement annuel de l’assurance-vie est supérieur au taux d’intérêt, l’emprunteur peut être gagnant. L’épargne continue de fructifier, indépendamment du crédit. Cependant, les fonds nantis ne sont pas disponibles, il est donc impossible de procéder à des rachats ou de demander une avance sur son contrat.

 

Publié par l’équipe éditoriale de


Date de mise à jour : 11/12/2017

L'IMMOBILIER 100% ENTRE PARTICULIERS - Tous droits réservés 2018

Vendez votre bien entre particuliers
Créez une alerte immobilière


Annonces de  Maisons entre particuliers

Annonces d' Appartements entre particuliers

Annonces de  Terrains entre particuliers

Annonces de  Commerces entre particuliers