Les taux continuent de sourire aux acheteurs


Bookmark and Share Diminuer la taille Agrandir la taille Envoyer à un ami Imprimer

CatégorieL'actualité de l'immobilier

ChapitreLa fiscalité immobilière


C’est le moment d’acheter un bien immobilier, les taux sont bas

Alors que tout devrait concourir à leur hausse, les taux d’intérêt continuent de sourire aux acheteurs. Bas, très bas, et même proche des records pour certains emprunteurs. Envie d’acheter ? Il est encore temps d’en profiter.

 

Emprunt immobilier : les taux ne remontent pas

Avec une moyenne de 1,60 % brut et hors assurance sur 20 ans, les taux d’octobre sont très près de leurs plus bas niveaux historiques. Il ne manque en effet pas grand-chose pour qu’ils atteignent le record de 1,55 % de novembre 2015.

Mieux, pour certains emprunteurs, ce record est allègrement pulvérisé avec une bonne négociation. Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA, le taux moyen sur 20 ans effectivement accordé par les banques atteint 1,43 % hors assurance. Chez Cafpi, les courtiers en prêts immobiliers, ont décroché pour leurs clients des prêts sur 20 ans au taux de 1,19 %, soit seulement 0,01 point de plus que le record d’octobre 2016. Et pour les très bons dossiers, la baisse peut même atteindre jusqu’à -0,5 % des taux habituellement concédés. C’est ainsi que certains emprunteurs au profil « parfait » ont obtenu un taux de 0,90 % sur 20 ans !

En moyenne, les taux sur 30 ans, les plus en baisses, vont de 1,75 % au minimum à 3,60 % au maximum, avec une moyenne d’environ 2,90 %. Pour un prêt sur 15 ans, les acheteurs peuvent espérer obtenir un taux allant de 0,95 % à 2,31 % avec une moyenne de 1,35 %.

 

Crédit immobilier : les banques charment les futurs acheteurs

Ce niveau très bas des taux intervient alors que l’inflation a subi un coup de chaud en atteignant, en septembre, 2,2 % (contre 0,4 % en septembre 2016) et que les banques sont incitées à dégager plus de marges ! Mais le crédit immobilier reste pour elles un produit d’appel et les établissements bancaires, qui se livrent une guerre commerciale sans merci, attirent les nouveaux clients par des taux bas. Elles sont aidées en cela par le taux directeur de la Banque centrale européenne, toujours à zéro.

Ce sont en particulier les bons dossiers qui en profitent. Tout comme les clients qui s’engagent à domicilier revenus et épargnes dans la banque prêteuse. Viennent ensuite les emprunteurs capables de mettre au moins 20 % d’apport personnel sur la table, puis les primo-accédants, s’ils peuvent présenter un dossier solide (contrat de travail, gestion parfaite des comptes bancaires, taux d’endettement inférieur à 33 %...). Ces derniers peuvent même bénéficier de conditions particulières dont l’acceptation du dossier sans même apport ou une durée plus longue du prêt. Cette dernière solution est en vogue, puisqu’en septembre 2018, 38,2 % des emprunts accordés l’ont été pour plus de 25 ans (ils étaient 17,4 % en 2015). Une durée plus longue de remboursement permet en effet de réduire le montant des mensualités ou d’emprunter plus. Mais les banques en acceptant d’augmenter la durée des crédits immobiliers cherchent surtout à contrer l’effet négatif de la baisse des aides publiques à l’achat : disparition progressive de l’APL/accession et baisse du PTZ.

Achat immobilier en 2019 : vers la fin des taux bas ?

En agissant ainsi, les banques se permettent également, non seulement d’attirer de nouveaux clients, mais également de les fidéliser. Pour Empruntis, courtier en crédit, les emprunteurs « n’auront pas d’intérêt à partir vers un autre établissement » qui n’offrira de toute façon pas de meilleures conditions.

Toutefois, les choses pourraient changer en 2019. La BCE va mettre fin à sa politique actuelle d’achat de dettes. Et, de plus, les incertitudes politiques pourraient faire augmenter les taux sur les marchés obligataires. Le risque d’une hausse des taux d’emprunt immobilier est donc bien réel. Les professionnels tablent toutefois pour une augmentation progressive et des taux restants sous les 2 % durant les trois premiers mois de l’année. Toutefois, août 2019 qui verra l’augmentation du taux directeur de la BCE pourrait être le mois de tous les dangers pour les taux.

Bonus : nos cinq conseils pour décrocher un taux immobilier de rêve

  1. Montrez-vous responsable : des comptes bien tenus, sans découverts, ni incidents de paiement sont l’idéal pour séduire les banquiers ;
  2. Dans vos calculs, ne dépassez pas le taux d’endettement de 33 % de vos revenus nets. Et pensez à conserver un reste à vivre suffisamment haut ;
  3. Si vous n’avez pas de CDI, mieux vaut pouvoir prouver à votre prêteur que vous disposez de revenus plutôt stables depuis au moins 3 ans ;
  4. Utilisez votre épargne et constituez avec votre apport personnel ;
  5. Avant de prendre rendez-vous avec votre banquier, préparez votre dossier avec soin et obtenez toutes les informations nécessaires sur votre projet.

Publié par


Date de mise à jour : 31/10/2018

L'IMMOBILIER 100% ENTRE PARTICULIERS - Tous droits réservés 2019

Vendez votre bien entre particuliers
Créez une alerte immobilière


Annonces de  Maisons entre particuliers

Annonces d' Appartements entre particuliers

Annonces de  Terrains entre particuliers

Annonces de  Commerces entre particuliers